Burkina : l’immertion en terre inconnue!

Bonjour à tous,
Après une arrivée en douceur de nos 4 jeunes au Burkina Faso, Thiéfaine, Gaëtan, Thibault et Stanislas sont maintenant bien rentrés dans leur aventure ici, et s’attellent chacun de leur côté à suivre les activités programmées et proposées.
Thiéfaine suivant une scolarité au village de Mé, vient de terminer les compositions de fin du premier trimestre, on en attend les résultats avec impatience, mais apparemment c’est très correct.
Stanislas se confronte à la brousse, et au travail de champ, loin des situations d’ambiance, qu’il affectionne tant, et revient dans peu de temps  participer à la mise en place d’un poulailler chez Bakary, au village de Borodougou.
Gaëtan après avoir participé aux récoltes de coton intensément, a suivi un stage de mécanique, et aide actuellement le baba Sirikou a effectuer des travaux de rénovation, pour mener à bien son travail d’éleveur de bœufs et de moutons.
Thibault quant à lui a eu la chance de rencontrer le vieux Coulibaly et sa sagesse sans limite, puis à enchainer les stages de menuiserie, les travaux de maçonnerie et de préparation d’un jardin maraîcher pour les femmes de la cour de Massé.
Tout se passe bien. Evidemment le séjour les remue un peu… beaucoup, passionnément… ! mais ça va ils nous prouvent encore une fois qu’ils ont de la ressource  nos jeunes.
Voici quelques petits clichés grapillés à gauche, à droite…nous vous laissons donc en profiter, et nous nous joignons tous ensemble pour vous saluer tout là-haut là-bas, où on imagine bien que le froid a dû prendre sa place.
Bien à vous tous,
Guig, Anne, Thibault, Gaêtan, Thiéfaine, et Stanislas.

Au burkina, j’ai découvert la chasse aux margouillats…ça ne manque pas…pour mon plus grand bonheur…

Mais entre les récoltes de coton, d’igname et d’arachide…le transport de fumier de bœuf… et la mécanique, j’avoue bien me dépenser…mais dites moi, comment peut on travailler si dur et gagner si peu ?

Donc je goûte et regoûte à peu près tous les mets locaux…

Thiéfaine prêt à rentrer en classe…il suit assidument sa scolarité à l’école de Mé…

Petite case d’accueil où je me prélasse lors de mes temps libres…

Marche dans les falaises…chaleur, chaleur…et plus encore…

 

Et puis des nouvelles rencontres, c’est pas si mal…

 

Ca parait drôle au départ de faucher avec un coupe-coupe, mais après quelques ampoules, aïe…

Tous ces babas autour de nous, et tout autant de sagesse à nous transmettre…

Une réponse à to “Burkina : l’immertion en terre inconnue!”

  • paule Bally:

    Salut à vous, vous semblez bien profiter du voyage !! Vos photos sont très jolies, j’espère que vous me ramènerez une belle vue d’un champ de coton, j’aime beaucoup le fleur, mais je n’ai jamais vu de champs. cela doit être très beau.
    Profitez au maximum du soleil, vous risquez d’être déçu au retour avec la pluie chez nous. Les champs n’arrivent même plus à absorber l’eau, c’est vous dire!!!!!!
    J’ai l’impression que tu as laissé des kilos sur la route Gaëtan, pourtant tu as l’air de bien manger ?
    C’est pour quand le retour ?
    Gros bisous à vous. Paulo

Laisser un commentaire